Actions des Gilets Jaunes 

Samedi 17 novembre 2018, des milliers de citoyens de Loire-Atlantique ont répondu à l’appel des gilets jaunes lancé sur les réseaux pour protester contre l’augmentation de la taxation des carburants. 

Mais si à l'origine cette mobilisation ne devait durer qu'une journée, force est de constater que ce mouvement tend à s'inscrire dans la durée avec des revendications allant bien au delà de la simple question du prix de l'essence, les Français y adhérant souhaitant avant tout préserver leur pouvoir d'achat.

Ce mouvement met en lumière le fossé qu'ont creusé les élites au pouvoir avec les Français.

Acte I : action des Gilets Jaunes Porte d'Armor à Nantes le 17 novembre 2018

Samedi 17 novembre 2018, des milliers de citoyens de Loire-Atlantique ont répondu à l’appel des gilets jaunes lancé sur les réseaux pour protester contre l’augmentation de la taxation des carburants.

Dès l’aube, une cinquantaine de gilets jaunes se sont positionnés au niveau de la Porte d’Armor, sortie du périphérique de Nantes donnant accès au Centre commercial Atlantis, le plus important de l’agglomération.

D’autres rassemblements ont été organisés sur le secteur Nantais, notamment une opération escargot sur le périphérique et le blocage de l’aéroport.

Action sur le Pont de Saint-Nazaire le 19 Novembre

Lundi 19 novembre, deux jours après la mobilisation nationale des gilet jaunes contre la hausse du prix du carburants, certains d’entre eux ont nié une nouvelle action en installant des barrages filtrants de part et d’autre du Pont de Saint-Nazaire ce qui a occasionné d’importants ralentissements.




Les Gilets Jaunes installent un campement Porte d'Armor

Mercredi 21 novembre, pour leur 5ème jour de mobilisation, une trentaine de gilets jaunes sont encore mobilisés Porte d’Armor, sortie du périphérique nantais donnant accès à la zone commerciale Atlantis. Certains ont passé la nuit sur place où ils ont improvisé un campement.

Les Gilets jaunes distribuent des collations aux routiers montrant leur solidarité avec le mouvement en klaxonnant.

Acte II : mobilisation des Gilets Jaunes du 24 Novembre à Nantes 

Samedi 24 novembre, parallèlement à leur appel national à aller  « bloquer Paris », des Gilets Jaunes ont mener des nouvelles actions à Nantes pour maintenir la pression au niveau local pour la 7ème journée de mobilisation consécutive.

A Nantes, leur première action consistait à dresser un barrage filtrant au niveau de l’accès à la station service du Centre Commercial Atlantis. 

D’autres actions ont été menées au cours de la journée comme une opération escargot, la gratuité du péage du Bignon sur l ‘A83 ou encore un rassemblement devant la Préfecture de Nantes


Blocage du Port de Saint-Nazaire

Jeudi 29 novembre, des gilets jaunes ont tenté d’organiser le blocage du Port de Saint-Nazaire en se positionnant à des ronds-points stratégiques. Cette action intervient 2 jours après le discours d’Emmanuel Macron sur la transition écologique et sur les solution d’accompagnement de cette dernière. 

Les gilets jaunes n’ont pas été convaincus par le chef de l’Etat et contestent également le fait d’être représentés par certains membres de leur mouvement auprès du gouvernement (ils souhaitent une organisation horizontale, sans leaders).

Acte III : action des gilets jaunes à Nantes le 1er décembre

Samedi 1er décembre, suite au troisième appel national de mobilisation des Gilets Jaunes, ces derniers ont organisés plusieurs actions à Nantes. 

Cette troisième journée de mobilisation intervient après un discours d’Emmanuel Macron sensé apporter des réponses à cette crise et après une entrevue d’un Gilet Jaune avec le Premier Ministre Edouard Philippe.  Ces deux évènements n’ont pas permis de sortir de l’enlisement, le gouvernement restant inflexible face aux revendications du mouvement (baisse des taxes, augmentation du SMIC, rétablissement de l’ISF…)

 Dans la matinée, les  gilets jaunes ont mené une action à l’aéroport de Nantes Atlantique en installant des barrages filtrants aux ronds-points, en ouvrant les barrières de péages de parking, en manifestant dans l’aérogare et même sur le tarmac.

Acte V de la mobilisation des Gilets Jaunes à Nantes

Pour le cinquième samedi consécutif, les gilets jaunes se sont à nouveau mobilisés à Nantes pour la défense de leur pouvoir d’achat et ce malgré l’abandon du projet d’augmentation des taxes sur le carburant et les annonces d’Emmanuel Macron (revalorisation de la prime d’activité pour les salariés au SMIC, défiscalisation des heures supplémentaires, annulation de l’augmentation de la CSG pour les retraités touchant une pension inférieure à 2.000€ par mois).

Des actions ont notamment été menées Porte d'Armor et au centre-ville.

Les Gilets Jaunes "célèbrent" l'anniversaire d'Emmanuel Macron à Nantes 

 Vendredi 21 décembre 2018, à la veille de l'acte VI, des Gilets Jaunes ont déambulé dans les rues de Nantes pour « fêter l’anniversaire d’Emmanuel Macron ».

Pour l’occasion, les participants ont défilé avec des pancartes sur lesquelles étaient notées leur doléances ainsi qu’une marionnette à l’effigie du Président Français.

Acte VI de la mobilisation des Gilets Jaunes à Nantes

Samedi 22 décembre 2018, environ 2.000 personnes ont manifesté dans les rue de Nantes à l’occasion de l’Acte 6 de la mobilisation des Gilets Jaunes.

Les manifestants ont choisis de se séparer en plusieurs groupes à travers la ville pour éviter d'être nassés par les forces de l'ordre.

Quelques heurts ont émaillés cette journée.

Acte VII de la mobilisation des Gilets Jaunes à Nantes

Samedi 29 décembre 2018, environ 2.000 gilets jaunes ont manifesté dans le centre-ville de Nantes pour le septième samedi consécutif depuis le 17 novembre.

Cette journée a été marquée par une répression violente envers les Gilets Jaunes (plusieurs blessés dont un jeune de 22 ans touché à la tête par un tir de LBD, saisie de véhicules) mais aussi envers des photographes indépendants dont certains ont vu leurs équipements de protection confisqués.

Acte VIII de la mobilisation des Gilets Jaunes à Montoir-de-Bretagne et à Nantes

Pour leur 8ème samedi de mobilisation et le premier de l’année 2019, les Gilets Jaunes du Grand Ouest on organisé deux rassemblements distincts à Saint-Nazaire/Montoir-de-Bretagne et à Nantes. 

Loin de s'éssoufler comme espérait le gouvernement, le mouvement semble s'être revigoré après la période de Noël et suite à l'interpellation d'Eric Drouet, figure des Gilets Jaunes cette semaine à Paris.

Acte 9 de la mobilisation des Gilets Jaunes marqué par des violents affrontements

Samedi 12 janvier 2019, pour leur 9ème samedi consécutif de mobilisation, les Gilets jaunes ont de nouveau manifesté à Nantes. Ce 9ème acte a été marqué par une plus grande détermination de la part des manifestants ce qui a donné lieu à de violents affrontements avec les forces de l’ordre.

Quelques foyers de tensions subsistaient dans la soirée notamment au niveau de Commerce et du château de Ducs de Bretagne.

Acte X des Gilets Jaunes à Angers

Samedi 19 janvier 2019, les Gilets Jaunes de toute la région Pays-de-la-Loire (44,49,72 et 85) ses sont donnés rendez-vous à Angers. Cette 10ème journée de mobilisation était la première depuis le lancement du Grand Débat voulu par Emmanuel Macron pour tenter de trouver des réponses à cette crise sociale. Mais les Gilets Jaunes émettent de la défiance quant à cette initiative et réclament toujours l’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) et la démission du chef de l’Etat.

Des affrontements se sont produits entre les manifestants et les forces de l’ordre, notamment au niveau de la Place Pierre Mendès France où de nombreusesz barricades ont été érigées et parfois incendiées. 

Acte XI des gilets jaunes à Nantes accompagnés des syndicats et du cortège de tête

Samedi 26 janvier 2019, pour leur 11ème samedi de mobilisation, les gilets jaunes nantais ont manifesté au côté de trois organisations syndicales (CGT, FSU, Solidaires) qui ont appelé à les rejoindre pour « la justice sociale et écologique, contre la politique du gouvernement et le grand patronat ». 

A total, environ 3.000 manifestants ont ainsi investis les rue du centre-ville.

Acte XII de la mobilisation des gilets jaunes à Nantes

Samedi 2 février 2019, pour l’Acte 12 de leur mobilisation hebdomadaire, environ 2.000 gilets jaunes manifesté dans le centre-ville de Nantes. Pour ce 12ème acte, les gilets jaunes comptaient dénoncer l’augmentation au 1er février des prix de centaines de produits de consommation, tout comme celle des péages autoroutiers.

Outre ces questions de pouvoir d’achat, alors que le Conseil d’Etat refuse de suspendre l’utilisation des Lanceurs de Balles de Défense (LBD) lors des manifestations, les manifestant en rendu hommage aux personnes qui ont été blessées par la police depuis le début du mouvement. Des heurts ont éclatées entre les manifestants et les forces de l'ordre.

Acte XIII des gilets jaunes à Nantes

Samedi 9 février 2019 un millier de gilets jaunes accompagnés de militants autonomes ont manifesté dans le centre-ville de Nantes pour L’Acte XIII de leur mobilisation.

Comme les semaines précédentes les manifestants réclament la hausse de leur pouvoir d’achat et l’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) et dénoncent les violences policières mais aussi le vote des députés le 5 février en faveur de la loi « anti-casseurs ».

Cette loi contestée jusque dans les rangs de la majorité donne notamment la possibilité aux préfets de prononcer des interdiction de manifester à l’encontre de personnes soupçonnées de vouloir causer des troubles graves à l’ordre public » lors de manifestations.

Acte XIV des Gilets Jaunes à Nantes

Samedi 16 février 2019 les gilets jaunes, syndicalistes et membres d’extrême-gauche (environ 1.500 manifestants au total) de Loire-Atlantique et de départements limitrophes ont manifesté dans le centre ville de Nantes pour l’acte XIV de leur mouvement qui vient d’entamer son troisième mois cette semaine. 

Les manifestants revendiquaient comme les semaines précédentes l’instauration du Referendum d’Initiative Citoyenne (RIC), une augmentation de leur pouvoir d’achat, l’arrêt des violences policières et pour certains la destitution d’Emmanuel Macron. 

De violents affrontements entre manifestants et forces de l’ordre se sont produit tout au long de la manifestation. Du mobilier urbain et des vitrines de boutiques ont également été pris pour cible. 

Au total 14 personnes ont été interpellées et une trentaine blessées.

Blocage de la raffinerie de Donges par les Gilets Jaunes

Mardi 19 février 2019, une soixantaine de Gilets Jaunes ont bloqués la raffinerie de Donges en Loire-Atlantique en se positionnant sur le rond-point donnant accès au site.

Acte XV des Gilets jaunes à Nantes 

Samedi 23 février environ 1.500 gilets jaunes ont défilés dans le centre-ville de Nantes pour l’acte XV du mouvement. 

Le défilé a donné lieu à quelques échauffourées.

En parallèle, un rassemblement inter-régional s'est tenu à Rennes

Acte XVI inter-régional des Gilets Jaunes à Nantes 

Samedi 2 mars 2019, les gilets jaunes accompagnés de 11 organisations de gauche ont répondu à l’appel inter-régional (Pays-de-la-Loire et Bretagne et même au delà, des manifestants des Charentes-Maritimes étant présents) à venir manifester dans le centre-ville à l’occasion de l’acte 16 du mouvement. Au plus fort de la journée plus de 3.000 manifestants étaient comptabilisés.

Les manifestants réclamaient toujours l’instauration du Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC), plus de justice fiscale et sociale mais aussi la démission d’Emmanuel Macron accusé de voulu stigmatiser le mouvement en affirmant devant les élus du Grand Est que « ceux qui se rendaient dans les manifestations violentes se rendaient complices du pire » . 

Cet Acte 16 intervient alors qu’un sondage montre que 55% des Français souhaitent l’arrêt du mouvement .

Dès le début de la manifestation, il y a eu des affrontements entre manifestants et les forces de l’ordre qui étaient particulièrement nombreuses par rapport aux week-end précédents. Les médics dénombrent des dizaines de blessées.

Acte XVIII des Gilets Jaunes à Paris : la bataille des Champs-Elysées

A l’occasion de l’Acte 18 les Gilets Jaunes avaient appelé à converger en masse sur Paris le 16 mars 2019 pour lancer « un ultimatum à Macron » au lendemain de la clôture des consultations pour le Grand Débat organisé par l’exécutif pour tenter d’apporter des réponses à cette crise sociale qui secoue le pays depuis le 17 novembre. Mais après quatre mois de mobilisation, leurs principales revendications (Référendum d’Initiative Citoyenne-RIC, rétablissement de l’ISF, baisse des taxes sur les produits de première nécessité) ont été balayées par le gouvernement. Pis, le prix des carburants est revenu au même niveau que celui qui avait déclenché le mouvement. Les manifestants contestent également le vote de la Loi « anti-casseurs » portant atteinte au droit de manifester.

En parallèle, deux autres manifestations (la « Marche du Siècle » pour le Climat et la « Marche des solidarités » contre les violences policières et le « racisme d’Etat ») se déroulaient au même moment à Paris, les différents cortèges s’étant plus ou moins agrégés au cours de la journée.

Dans ce contexte, des milliers de personnes ont donc manifesté dans les rues de la capitale ce samedi. Parmi elles de nombreux éléments radicaux formant un « black bloc » ont affronté violemment les forces de l’ordre dans le quartier des Champs-Elysées et s’en sont pris au mobilier urbain agences bancaires, aux boutiques et restaurants (dont le Fouquet’s) de l’avenue.

Acte XIX des Gilets Jaunes à Paris

Samedi 23 mars 2019, une semaine après les violents affrontements qui ont causé beaucoup de dégâts sur les Champs-Elysées, les Gilets Jaunes ont de nouveau investi les rues de Paris pour l’acte XIX de leur mouvement. Pour éviter que les scènes de chaos du 16 mars se reproduisent, le gouvernement a réquisitionné les patrouilles Sentinelle dédiées habituellement à la lutte antiterroriste pour protéger les monuments et les lieux de pouvoir et a interdit tout rassemblement sur les Champs-Elysées.

Dans ce contexte, les gilets jaunes ont défilé entre la Place Denfert-Rochereau et le Sacré-Coeur après s’être rassemblé place du Trocadéro dans la matinée. 

Le défilé s’est déroulé dans le calme hormis quelques tensions au moment de la dispersion.

Acte XXI régional des Gilets Jaunes à Nantes

Samedi 6 avril 2019, les gilets jaunes des Pays-de-la-Loire et de la Bretagne se sont donné rendez-vous dans le centre-ville de Nantes pour l’Acte XXI du mouvement (400 manifestants). Alors que le Grand Débat National vient de s’achever, les Gilets Jaunes entendent maintenir la pression sur l’exécutif afin que leur revendications (Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC), justice sociale et fiscale, amélioration du pouvoir d’achat) soient prises en compte. Le syndicat Solidaires 44 avait appeler à ce joindre à la manifestation.

 Un black-bloc s’est très vite constitué en tête de cortège. Des incidents ont éclaté avec les forces de l’ordre.

Acte XXII des Gilets jaunes à Nantes

Samedi 13 avril 2019, les Gilets Jaunes de Loire-Atlantique se sont mobilisés pour le 22ème week-end depuis le 17 novembre 2018. Alors qu’Emmanuel Macron va à dévoiler des mesures suite au Grand Débat, les Gilets Jaunes entendent maintenir la pression pour que leur revendications (Référendum d’Initiative Citoyenne, retour de l’ISF, justice fiscale et sociale) soient satisfaites. Au delà de ces revendications, le cortège tenait à réclamer la libération de 15 gilets jaunes placés en garde à vue la veille alors qu’is confectionnaient des banderoles pour la manifestation.

Le cortège à rejoint la manifestation organisée par 51 organisations pour que soit préserver le droit de manifester alors que vient d’être promulguée la Loi anti-casseurs, jugée liberticide.

La manifestation s’est déroulée dans le calme. Un manifestant a été évacué inconscient au CHU de Nantes après avoir était bousculé lors d’une charge de la Brigade anti-Criminalité (BAC) visant à disperser la manifestation.


Acte XXIII des Gilets Jaunes à Paris

Samedi 20 avril 2019 pour l’Acte XXIII de leur mouvement, les gilets Jaunes avaient lancé un appel national à converger vers Paris pour lancer un « ultimatum 2 » à Emmanuel Macron calqué sur l’acte 18 du 16 mars. Celui-ci devait présenter ses mesures au sortir du Grand Débat mais a finalement annulé son allocution suite à l’incendie de la Cathédrale Notre-Dame.

Malgré ce contexte, des gilets jaunes ont tenu à exprimer de nouveau leurs revendications dans la capitale jugeant ces mesures révélées par la presse ( Referendum d’Initiative Citoyenne au niveau local, réindexation des petites retraites sur l’inflation, baisse d’impôts, suppression de l’ENA) en dessous de leur attentes. Outre leur revendications habituelles, beaucoup d’entre eux se disent heurtés par les sommes débloquées par les grandes fortunes pour reconstruire Notre-Dame et surtout par les avantages fiscaux qui y sont rattachés.

Finalement, environ 15.000 personnes ont investi les rues de la capitale. Comme le 16 mars, des éléments radicaux organisés en black bloc étaient présents et ont affronté les forces de l’ordre et s’en sont pris au mobilier urbain, a des véhicules, a des agences bancaires.  Ces violences ont eu lieu dans le secteur de la Place de la République.

Acte 24 des Gilets Jaunes à Rennes

Samedi 27 avril 2019, les Gilets Jaunes ont organisé un 24ème acte interrégional à Rennes. Ces derniers n’ont pas été satisfaits des annonces d’Emmanuel Macron lors de la conférence de presse organisée par l’Elysée suite au Grans Débat National qui était sensé mettre un terme à la crise que traverse la France.

Les Gilets Jaunes restent déterminés à défendre

Manifestation du 1er mai à Paris

Mercredi 1er mai, s’est tenue à Paris, la traditionnelle manifestation syndicale de la Fête du Travail.

A cette à l’occasion, les Gilets Jaunes et les activistes du « Black Bloc »  avaient lancé des appels sur les réseaux sociaux à faire de Paris « La Capitale de l’Emeute » 

Comme le redoutaient les autorités, cet appel a fait converger des militants déterminés sur la capitale où des heurts les ont opposés au forces de l’ordre (très mobiles et réactives) boulevard Montparnasse et dans le XXIIIe arrondissement.


Acte XXV  inter-régional de Gilets Jaunes à La Roche-sur-Yon

Samedi 4 mai, les Gilets jaunes des Pays-de-la-Loire ont organisé un rassemblement inter-régional pour leur acte XXV estimant que les annonces d’Emmanuel Macron ne répondaient pas à leur attente. Le Préfet de Vendée avait interdit toute manifestation dans le centre-ville de La Roche-sur-Yon, les Gilets Jaunes ont tenté d’y accéder mais ont été repoussé par les gendarmes mobiles qui ont fait usage de gaz lacrymogène.

Finalement, le cortège s’est dirigé vers le rond-point du centre-commercial des Flâneries qu’ils ont bloqué une heure avant d’être dispersés

Acte 26 National des Gilets Jaunes tendu à Nantes

Il y a un mois, les Gilets Jaunes de Loire-Atlantique avaient lancé un appel National à converger à Nantes le 11 mai 2019 sur les réseaux sociaux pour l’acte 26 du mouvement. Cet appel avait pour objectif de venir dénoncer "la répression excessive nantaise » suite à l’acte XXI où les gilets Jaunes ont fait l’objet d’une violente répression de la part des forces de l’ordre.

Devant un tel contexte, le Préfet de Loire-Atlantique avait annoncé des moyens « inédits » depuis le début du mouvement et avait interdit la manifestation dans les rues du centre-ville.

Finalement, prêt de 5.000 personnes ont défilé paris lesquelles 200 membres d’ultra-gauche qui avaient former un black-bloc en tête de cortège. Des heurts ont éclatées entre manifestants et forces de l’ordre mais l’incident le plus sérieux s’est produit avec un automobiliste : énervé après s'être fait gazé par les militaires, l'homme a accéléré en leur direction avant de piller brusquement après que les gendarmes l'ait mis en joue avec leur arme à feu.


Acte XXVIII des Gilets Jaunes à Nantes 

Samedi 25 mai 2019 à Nantes, pour l’Acte XXVIII de leur mouvement, les Gilets jaunes ont participé à la marche pour le climat organisée par les « Citoyens pour le Climat et le Vivant ».

Au total, un cortège de 800 personnes a défilé dans le centre ville.



Acte XXXIV des Gilets jaunes à Nantes

Samedi 6 juillet 2019, 14 jours après la disparition de Steve Maia Caniço lors d’une charge de la police survenue Quai Wilson à Nantes durant la Fête de la Musique et un an après la mort d’Aboubacar Fofana provoquée par le tir d’un CRS quartier du Breil, les Gilets Jaunes ont pour l’Acte 34 de leur mouvement décidé de manifester dans les rues de Nantes pour protester contres les violences policières. 

Ils étaient accompagnés de teuffeurs et amis de Steve.

Acte 35 des Gilets jaunes à Paris

Samedi 13 juillet 2019, les gilets jaunes ont de nouveau manifesté à Paris pour acte XXXV.

 Outre leurs revendications habituelles (Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC), justice fiscale et sociale) certains gilets jaunes ont fait référence à l’affaire concernant le ministre de la Transition Ecologique, François de Rugy révélée par Mediapart tandis que d’autres porté des pancarte « Où est Steve ? » en référence à la disparition de Steve Maia Caniço à Nantes le 22 mai dernier durant la Fête de la Musique suite à une charge de la Police.


Les Gilets Jaunes font leur Révolution sur les Champs-Elysées pour le 14 juillet

Dimanche 14 juillet 2019, après le défilé militaire qui s’est tenu dans le cadre de la Fête Nationale des incidents ont éclaté entre des Gilets Jaunes et les Forces de l’ordre.

Les manifestants ont dressé des barricades sur l’avenue des Champs Élysées dont certaines ont été enflammées. Les policiers ont répliqué avec du gaz lacrymogène.

Acte XLIV des Gilets jaunes à Nantes - Manifestation nationale

Samedi 14 septembre 2019, les gilets jaunes ont organisé une manifestation d’envergure nationale à Nantes (France) pour l’Acte XLIV de leur mouvement. 

Les manifestants avaient à cœur de dénoncer le pouvoir en place notamment son opulence marquée par l’affaire François de Rugy, mais aussi de demander justice pour Steve Maia Caniço mort après l’intervention de la police quai Wilson à Nantes lors de la Fête de la Musique alors que Christophe Castaner a annoncé la veille la mutation du commissaire en charge du maintien de l’ordre le soir du drame suite à la publication de l’enquête de l’Inspection Générale de l’administration (IGA) qui a pointé le « manque  de discernement » de ce dernier tout en rejetant la responsabilité des violences sur les fêtards.

Dans ce contexte, les autorités avaient interdit le centre-ville de Nantes à toute manifestation par crainte des débordements ;  Deux véhicules blindés de la Gendarmerie ont même été déployés pour la première fois à Nantes.

Des affrontements violents ont éclatés entre les forces de l’ordre et les manifestants. Au final des dizaines de personnes ont été blessées tandis que 33 autres ont été placées en Garde à vue à l’issue de cette journée de mobilisation.

Acte XLVII des Gilets Jaunes à Rennes

Samedi 5 octobre 2019, les Gilets Jaunes ont lancé un appel régional à venir manifester à Rennes pour l’acte 47 en soutien à tous les gilets jaunes emprisonnés et inculpés depuis le début du mouvement.

Acte LI des Gilets Jaunes à Rennes

Samedi 2 novembre 2019, pour l’Acte LI, une centaine de gilets jaunes ont manifesté à Rennes à deux semaines de la première année du mouvement.


Acte LIII : Anniversaire des Gilets Jaunes à Paris

Samedi 16 novembre, première journée d'un week-end durant lequel les gilets jaunes ont prévu de fêter les un an de leur mouvement à Paris, a été émaillé de tensions.

Dès la matinée, un cortège s'est formé au niveau de la porte de Champerret. Ce dernier a décidé d'investir le périphérique qui a très vite évacué par les forces de l'ordre qui ont finalement dispersé les manifestants à l'aide de gaz lacrymogène. A partir de la mi-journée, des affrontements se sont produits Place d'Italie entre manifestants constitués en black bloc et forces de l'ordre. La manifestation qui devait s'élancer de la place a été annulée au dernier moment par la Préfecture de Police au vue des échauffourées .

Dimanche 17 novembre 2019, les gilets jaunes se sont rassemblés Place Joaquim du Bellay à proximité du forum des Halles. Ce rassemblement déclaré par Priscilla Ludosky et Faouzi Lellouche s’est en revanche déroulé dans le calme.


Using Format