Les lycéens Nantais se mobilisent pour le climat

Vendredi 8 février 2019 une soixantaine de lycéens se sont rassemblés place Royale à Nantes pour sensibiliser l’opinion publique sur les enjeux climatiques . Cette initiative de trois lycéennes est calquée sur la mobilisation hebdomadaire des jeunes de Bruxelles pour dénoncer l’inaction climatique. Depuis le mouvement s’est mondialisé est rassemble des milliers de jeunes à travers le monde sous le hashtag #FridaysForFuture. Les trois jeunes nantaises assurent que d’autres actions seront menées. 


Les syndicats et les gilets jaunes rassemblés à l’occasion de la visite d’Edouard Philippe à Nantes

Vendredi 8 février 2019, Les syndicats CGT, FSU et Solidaires ainsi  que des Gilets Jaunes se sont rassemblés à proximité de l’hôtel de Région des Pays-de-la-Loire à Nantes où s’est rendu le Premier Ministre Edouard Philippe en vue de la signature d’un Contrat Avenir portant sur les mobilités dans le Grand-Ouest dans le but de compenser les conséquences de l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.


Les manifestants entendaient protester contre le silence questeur oppose le  gouvernement face à leur colère et exiger que ce dernier leur apporte enfin des réponses concrètes et immédiates à leur revendications de justice sociale, fiscale et environnementale.


“Grève Générale” à l’appel de la CGT à Paris, 5 février 2019

Mardi 5 février 2019, entre 19.000 et 30.000 personnes ont défilé à Paris  entre l’Hôtel de Ville et Concorde suite à l’appel de la CGT à mener une « Grève Générale » pour dénoncer l’ « urgence sociale » et réclamer la hausse des salaires et la justice fiscale. Selon Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, cette journée se voulait une réponse au grand débat organisé par l’exécutif qu’il boycotte, préférant réclamer «sur le bitume» hausse des salaires et justice fiscale, des revendications entendues aussi chez les «gilets jaunes».

 Dans le sillage de la CGT, l’organisation Solidaires et les partis de gauche (NPA, PCF et La France Insoumise) ont appelé à se mobiliser. Ainsi de nombreux préavis de grève ont été déposé dans les secteurs des transports, de la santé et de l’éducation. De son côté Eric Drouet, un des meneurs du mouvement des « gilets jaunes » avait également appelé à  rejoindre les syndicats et à une « grève générale illimitée ».


Des tensions sont survenues place de la Concorde entre des manifestants radicaux et les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et de tir de LBD.


Une fois la manifestation dispersée quelques gilet jaune se sont rendus face à l’Assemblée Nationale qui était protégée par un cordon de gendarmes mobiles pour protester contre le vote des députés (celui-ci a été rendu publique en fin de manifestation) en faveur de la loi anticasseurs voulue par le gouvernement. Cette loi contestée au sein même de la majorité permettra aux préfets de prononcer des interdictions de manifester à l’encontre de personnes soupçonnées d’être susceptible de commettre des “troubles graves à l’ordre public” et ce sans aucune décision judiciaire.



Marche pour le climat et une justice climatique à Nantes le 27 janvier 2019

Dimanche 27 janvier 2019, à l’appel du collectif « citoyens pour le climat »  environ 4.000 personnes (parmi lesquelles des gilets jaunes se sont rassemblées et ont manifesté à Nantes pour alerter sur l’urgence climatique et dénoncer l’inaction du gouvernement sur la question - une pétition en ligne « l’affaire du Siècle) a permis à 4 associations environnementales de déposer plainte contre l’Etat pour son inaction climatique en recueillant 2 millions de signatures.

Au cours de cette journée de nombreux ateliers et prises de paroles ont eu lieu autour de thème que la transition écologique, le nucléaire, la question des pesticides, ou encore du glyphosate. Durant la marche, les manifestants ont organisé le procès symbolique de Donald Trump, Angela Merkel, d’Emmanuel Macron et de Hugh Grant dirigeant de Monsanton, entreprise commercialisant le glyphosate.




Emotion et attente des supporters du FC Nantes après l’annonce de la disparition de l’avion qui transportait Emiliano Sala

Trois jours après l’annonce de la disparition d’Emiliano Sala, ex numéro 9 du FC Nantes dans le probable crash de l’avion qui l’amenait à Cardiff, l’émotion et l’attente restent intact parmi les supporters de Canaries. 

Beaucoup d’entre eux se recueillaient encore Jeudi 24 janvier 2019 devant le centre d’entraînement du club Nantais à la Jonelière et place Royale au centre-ville où un mémorial a été mis en place dès l’annonce de la disparition du joueur Argentin.


Vendredi 25 janvier, l’émotion des supporters du club et des nantais n’est toujours pas retombée. Beaucoup d’entre eux se sont encore recueillis Place Royale à Nantes pour y déposer des fleurs ou allumer des bougies.

Même si le décès de l’ancien numéro 9 des Canaries ne fait plus guère de doute, tous espèrent une reprise des recherches interrompues par les autorités britanniques pour retrouver l’épave de l’avion.


Using Format