Commémoration du 170ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage à Nantes

Jeudi 10 mai, à l’occasion du 170ème anniversaire de l’abolition de l’Esclavage, une cérémonie commémorative s’est tenue à Nantes. Au delà des officiels, (Johanna Rolland, Maire de Nantes, Johann Mougenot sous-préfet de Loire-Atlantique, l’ancien premier ministre Jean-Marc Ayrault), l’écrivain et essayiste, Patrick Chamoiseau,  Acchille Mbembe, historien et philosophe, et Abd Al Malik, rappeur et écrivain étaient les invités d’honneur de la cérémonie.

Lors de cette commémoration, Nantes a renoué avec sa propre histoire car la cité des Ducs de Bretagne fût un grand port négrier entre de la fin du XVIIème et le début du XIXème siècle et a prospèrée autour de l’économie du commerce triangulaire.

A noter que des militants soutenant les migrants étaient présents dans l’assistance pour alerter sur le sort de ces derniers.


Action des cheminots et des étudiants en gare de Nantes

Mercredi 9 mai, à l’issue d’une assemblée générale commune pour définir les modalités de poursuite de leur mouvements respectifs, cheminots et étudiants ont décidé de bloquer le départ d’un TGV en direction de Paris de manière symbolique en défendant sur les voies. Le train est finalement parti avec une demi-heure de retard sans que les forces de l’ordre n’aient eu à intervenir.


Tournoi international de Corbeil-Essonnes

Les 5 et 6 mai 2018 s’est tenu le 44ème Tournoi International de gymnastique rythmique de Corbeil-Essonnes rassemblant l’élite mondiale de la discipline. La compétition a été dominée par les gymnastes russes et bulgares, ces dernières ayant remporté le prix du souvenir Véronique de Kristoffy* décerné à l’équipe ayant obtenu le plus grand nombre de points durant la compétition.

*Véronique de Kristoffy était professeur de gymnastique rythmique ; elle est à l’origine de ce tournoi. 


Concours junior :


Concours sénior :


Journée Internationale des droits des travailleurs

Mardi 1er mai 2018, 3.000 manifestants ont défilé à Nantes à l’occasion de la journée internationale des droits des travailleurs à l’appel de la CGT, Solidaire, la FSU et l’Unef, les autres organisations syndicales n’ayant pas souhaiter se joindre au cortège.

Ce dernier était composé de cheminots, salariés des Ehpad, des finances, de l’éducation, du commerce et d’étudiants. Lors des différentes prises de paroles, les orateurs ont fait le parallèle avec mai 68 où les convergences des luttes avaient conduit à la paralysie du pays et l’obtention d’avancées sociales majeurs. Cinquante ans plus tard, cette convergence souhaitée par certains n’est pas encore au rendez-vous, regrettent les organisateurs.


Using Format